Digital et médias sociaux : décryptage des tendances et stratégies
28 mars 2007

Et après MySpace ?

Par : Cédric Deniaud
Catégorie : Social Media
Mots-clés : , , , ,

Non je ne me lance pas dans les arts divinatoires malgré ce que les titres de mes derniers articles pourraient laisser croire ;-)

Après m'être demandé quelle pouvait être la prochaine étape dans le développement des univers virtuels ("Et après Second Life ?"), je pense qu'il est légitime de poser la même question pour les réseaux sociaux et plus précisément MySpace. Les réseaux sociaux sont à la base des espaces permettant aux personnes de créer des communautés. Aujourd'hui, il en existe pour tous les goûts : des plus spécifiques (ComicVine pour les fans des comics, Jake = réseau social professionnel gay) comme au plus connus dont MySpace, Viadeo (réseau professionnel)

Si l'on s'intéresse de plus près à MySpace

myspace_logoCette plate-forme leader est devenue en quelques années l'un des sites les plus visités au monde au même titre que Yahoo!, MSN ou Google. Quelques chiffres :

  • 40 milliards de pages vues par mois
  • 140 millions de profils MySpace
  • 320 000 nouveaux profils chaque jour
  • La base du succès est d'avoir pressentie la mouvance sociale et le fait que les utilisateurs allaient reprendre la main sur le contenu (aujourd'hui en France, plus de 80% des internautes sont créateurs de contenus que ce soit des commentaires sur des blogs ou des forums, par le biais d'un blog ou d'un espace personnel ...). Mais MySpace, malgré l'immense trafic qu'il représente doit évoluer s'il veut résister à ses très nombreux concurrents qui ont vu le jour au fil des mois.

    Mais ce n'est pas la seule concurrence que doit ou devra affronter MySpace : les médias dits classiques (sites d'information, sites de marques déja installés sur le créneau des communautés adolescentes comme MTV ou Skyrock).

    Quelle évolution pour MySpace ?

                1 - Devenir un média

    Si l'on prend le terme "média" comme "un moyen de diffusion d'informations utilisé pour communiquer". MySpace est aujourd'hui seulement une plate-forme, un contenant plus qu'un contenu. C'est normal diront certains vu que le contenu est laissé libre aux internautes. Malheureusement, la voie pour MySpace sera de savoir faire cohabiter les informations avec les UGC (User Generated Content). Les internautes, malgré la recherche sociale, ont également besoin d'informations provenant des médias car oui il y a un monde en dehors de son réseau de copains.

    Face à des sites de média classiques qui souhaitent se développer vers plus de social (commentaires, blogs de journalistes ...), MySpace, pour ne pas se faire attaquer sur son territoire, doit offrir à ses internautes des contenus permettant de se positionner également comme un site d'informations.

    MySpace est donc actuellement en cours de discussion avec des sites d'informations du monde entier pour agréger leurs contenus ainsi qu'avec certains blogs connus.

                2 - Devenir une véritable plate forme

    Beaucoup de contenus diffusés sur MySpace étaient hébergés sur d'autres sites comme YouTube. Cela représentait autant de déperdition potentielle d'audience. MySpace estimait en septembre 2006 que 60% du trafic de YouTube provenait de pages MySpace. C'est donc logiquement que MySpace a lancé MySpace Videos, plate-forme d'hébergement vidéo ou encore sa version mobile.

                3 - Rester social

    Ce n'est parce que MySpace diffusera du contenu non généré par l'utilisateur qu'il doit pour autant ne pas rester social. Les utilisateurs pourront réagir directement par rapport au contenu diffusé en notant et commentant les articles.

                4 - Toujours plus de contenu ... et le rentabiliser

    On peut estimer que MySpace est la première plate-forme de musique si l'on considère que plusieurs millions de titres y sont disponibles. Devant le succès, grâce à Internet, d'artistes comme Lilly Allen ou The Kooks, beaucoup pensent qu'un artiste a plus de chance de se faire connaître grâce à MySpace que grâce à la Nouvelle Star. L'un des enjeux potentiels pourraient être de vouloir monétiser ce contenu. D'ores et déjà, les artistes non-signés présents sur MySpace et les labels indépendants ont la possibilité de commercialiser leurs oeuvres directement au format MP3

    Alors la prochaine étape : MySpace = label de musique dénicheuse de nouveaux talents ?
    Qu'en pensez-vous ?



    Commentaires sur Et après MySpace ?

    Nouveau commentaire