Digital et médias sociaux : décryptage des tendances et stratégies
15 déc. 2011

Les Français et leurs usages d'Internet

Par : Cédric Deniaud
Catégorie : Social CRM
Mots-clés : , , ,

Je vous avais l'année dernière parlé de l'étude de TNS Sofrès par rapport aux Français et aux nouveaux usages numériques : Les 6 typologies d'internautes. Cette année, je garde le même principe mais garde la même source. Pour cette année, TNS Sofres a réalisé cette étude en partenariat avec l'INRIA (l'INRIA est l'Institut National de Recherche en Informatique et Automatique) et a donc pour objet de parler de tous les innovations et des impacts dans notre sociétés et au sein des entreprises).

En 2010 : 57% d'internautes "2.0"...

C'était le principal enseignement que je retenais du développement des usages participatifs, sociaux et communautaires parmi les internautes Français. Donc seulement un peu plus d'1 internaute sur 2 déclarait avoir un usage participatif d'Internet. Le graphique ci-après que nous avions réalisé à l'occasion donnait le dispatch entre 6 catégories d'internautes.

usages_internet_persuaders

Aujourd'hui, l'étude se propose de garder un principe de 6 profils mais d'utiliser une allégorie avec le voyage pour rendre plus concret les différences entre ces 6 profils.

En 2011 : On ne distingue plus usages sociaux du reste...

inria_numerique

"Social is erverywhere", "Social is like the air", a-t-on coutume de lire à droite à gauche. Faire une disctinction entre des usages qui seraient sociaux et d'autres qui ne le seraient pas , n'a donc plus de sens. Aujourd'hui, tout est social : des réseaux sociaux bien entendus, mais aussi aux moteurs de recherche (Un pas de plus de Google ver le social search avec le bouton +1), aux principaux sites de "consommation" de contenus comme Youtube (Nouveau design pour Youtube.. avec une intégration plus forte de Google+), et bien évidemment les sites d'informations et les sites marchands (Mythes et réalités du Social Commerce)  qui tendent à se socialiser (même si aujourd'hui, il reste beaucoup à faire sur ce terrain pour proposer de vraies expériences pertinentes et reliées aux autres rouages / métiers de l'entreprise). Tout cela confirme donc que les usages 2.0 se répandent, nul doute par rapport à ce point.

Par contre, certains services voire usage particulier peinent toujours à s'implanter durablement dans la vie quotidienne numériques des Français. Je pense notamment à la géolocalisation (La géolocalisation : un usage encore timide en France), mais aussi à Twitter, même si la nouvelle interface veut corriger les erreurs passées (quels contenus consommés et trouvés facilement pour tous les néophytes, inscrits récemment sur le service ?). Ces deux services dont, certes nous attendont beaucoup parlé, ont une croissance forte de leur nombre d'inscrits mais un nombre d'adeptes et utilisateurs fréquents qui peinent à dépasser les 30%. 

6 typologies d'internautes "voyageurs"

L'étude reprend donc ici une allégorie autour du voyage pour définir 6 profils d'utilisateurs.

  • Les grands Explorateurs (18 %) Pionniers du numérique et toujours en tête de file, ils sont les premiers spécimens de l’homo numericus. Ils prennent véritablement possession de ce Nouveau Monde et s’y déplacent aisément, toujours en quête de lieux insolites à découvrir.
  • Les Baroudeurs pragmatiques (16 %) : Ils se déplacent rapidement sur ces territoires défrichés par les grands Explorateurs, dans une démarche avant tout pragmatique. Curieux et ouverts, lucides sur ses potentiels, ils ont également conscience de ce que le « monde d’avant » avait de structurant et mettent en avant la responsabilité dans leur exploration.
  • Les apprentis Voyageurs (20 %) : Ils viennent tout juste de s’engager sur les sentiers du Nouveau Monde. Aventureux et enthousiastes, ils n’osent que rarement cependant emprunter ses chemins sauvages.
  • Les Randonneurs vigilants (16 %) : Ils savent qu’ils font partie d’un monde en mutation, mais se méfient des territoires qu’ils découvrent et font un usage encore relativement modéré de leurs propres découvertes.
  • Les Révoltés du numérique (10 %) : Observant les évolutions de ce Nouveau Monde d’un œil inquiet, ils utilisent les nouvelles technologies, mais n’apprécient pas les conséquences. Ces nouveaux espaces les rendent nostalgiques et ils rêvent de rembarquer dans le monde d’avant pour retrouver leur confort et leurs repères.
  • Les bienheureux Sédentaires (16 %) : Le numérique est loin d’être indispensable pour eux. Ils ne s’y confrontent pas ou peu dans leur vie quotidienne et ne cherchent pas à s’informer des évolutions dans ce domaine. Ils ne sont pour autant pas opposés aux évolutions et peuvent réviser leur jugement avec des exemples concrets d’utilisation.

A la vue de ces chiffres, il faut faire le même constat que dans beaucoup d'entreprises qu'il existe une vraie "fracture numérique" en France. Cette fracture est frappante dans la compréhension du Numérique qu'ont nos classes dirigeantes, à quelques exceptions près.

La volonté d'accompagnement numérique que nous prônons depuis bientôt plusieurs années avec Fred Cavazza vise clairement à réduire cette fracture. Comme tout grand voyageur, on sait que celui-ci risque de nous chambouler profondément. On préfère soit se trouver de faux prétextes pour ne pas partir dans une vision conservatrice voire passéiste / rétrograde, voire repousser le voyage au dernier moment.

L'un des constats du Web'11 sur lequel j'aurai l'occasion de revenir ultérieurement est clairement la nécessité urgente de cette mutation digitale que nos sociétés doivent faire. La notion de SOLOMO prônée cette année par Loïc et Géraldine au Web'11 fait ce constat qu'aujourd'hui que ce soit dans notre vie locale de tous les jours, sur les différents terminaux (je trouve ici la notion de mobile réductrice puisque nous oublions tous les autres "Terminaux Alternatifs"), Internet et ses usages sociaux va prendre une part de plus en plus importante.

Pour en savoir plus sur l'étude : Les Français et le Numérique

Pour aller plus loin :



Commentaires sur Les Français et leurs usages d'Internet

Nouveau commentaire